Les cookies est un petit fichier texte installé votre ordinateur par le site, et qui permet de vous reconnaitre à votre prochaine visite.

Le site du concasseur

show01Cette partie du site traite du lieu d'implantation géographique du concasseur, de son historique, des défenses de plage et de celles propres au camp, etc.

Lire la suite...

Documentation

show96Les archives et tout les fichiers téléchargeables, les plans et les profils, courriers et croquis d'époque ainsi que les articles de presse parus sur le sujet.

Lire la suite...

Histoires locales

show22

Extraits de livres ou de documents. Vidéos et articles de presse. Cette section du site regroupe les interviews et les témoins de cette époque.

Lire la suite...

Les voies ferrées

show44Cette section du site traite de l'historique des lignes TODT et des deux voies ferrées du secteur : l'embranchement de Tréguennec et le faisceau de Tréméoc,

Lire la suite...

180 obus détruits à Tréguennec

Avec les tempêtes qui ont balayé le littoral, les plongeurs démineurs de l’Atlantique multiplie les interventions. Comme à Tréguennec où par deux fois en moins de trois semaines, ce sont près de 180 obus qu’il a fallu détruire. Une campagne d’information va rappeler la conduite à tenir en cas de découverte. (source le Télégramme 3 avril 2014)

A Tréguennec, où les Allemands ont construit durant la Seconde Guerre mondiale une usine de concassage de galets et une ligne de chemin de fer pour les acheminer afin d’édifier le Mur de l’Atlantique, certains habitués du site s’inquiètent toutefois de ces découvertes à répétition. « On en ramasse toutes les semaines. Ça ressemble à des amas, comme du béton, avec des cailloux dedans et de la ferraille qui dépasse », explique une mère de famille. Qui pose la question de la sécurité des plages. Lionel Delort se veut rassurant. « Il n’y a pas de risque pour la population à se promener sur la plage », assure-t-il tout en soulignant que mardi, les plongeurs démineurs sont « intervenus sur un stock qui était enterré très profond » et qui, sous l’effet conjugué des tempêtes, avait fini par remonter.

Source : letelegramme.fr 3 mars 2014

Lire la suite.

Voir la vidéo youtube ci-dessous :

A lire ...

Le site du Likès dispose d'un dossier complet relatif à la vie de l'école sous l'occupation, depuis l'arrivée des Allemands jusqu'au départ de ceux-ci et aux démolitions des bunkers construits sur le site pendant cette période. Ci-dessous un extrait du témoignage du Frère Jean-Louis Kerouanton. Après le départ des Allemands, les frères démolissent eux-mêmes les bunkers du site :
Nous avons démoli, en un mois de vacances, l’immense blockhaus qui était près de la cour Sacré Cœur. Le Frère Flochlay achetait la poudre par 50 kilos, un peu comme
du pain à la boulangerie. Le maître d’œuvre était le Frère Alano, un ancien artilleur, qui s’y connaissait. On faisait sauter le blockhaus étage par étage. L’édifice résistait parce qu’il était construit avec des rails croisés et liés par du ciment. La compagnie des «Chemins de fer» a créé quelques problèmes à l’école parce qu’en dynamitant, des cailloux sont tombés sur le poste d’aiguillage en bas du tunnel. Pour contenir les éclats, on disposait des fagots sur le blockhaus, mais c’était insuffisant. C’était très artisanal et évidemment très dangereux. Tous les jeunes Frères qui étaient là ont participé à la démolition, complètement insouciants du danger parce que nous étions jeunes à l’époque. La base est restée en place. Elle a été comblée.»

Témoignage du Frère Jean-Louis Kerouanton

Pour en savoir plus : http://www.likes.org/DOSSIER-GUERRE-1939-1945

Téléchargement

show5Cette page regroupe les gros fichiers du site, entre quelques Mo et quelques centaines de Mo. Il s'agit de plans complets, de profils en long des voies ferrées etc. 

Voir la page...

Liens web

Liens webForums, blogs sites internet découverts aux fils de la toile, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité, et de quoi laisser votre adresse si vous le désirez.

voir la page...

Contact

show02Contact et info légales sur cette pages. en théorie toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à un article reproduit devraient y être. 

Voir la page...